Rome. (écrit avant 1963)

Ceux qui t’aiment avec sincérité te goûtent souvent dans le silence de leur chambre, dans l’intime de leur cœur.

Cette sensation est si vive que chaque fois elle bouleverse leur âme.
Ils te remercient alors de leur être si proche, d’être leur tout, celui qui donne un sens à la vie et à la mort.

Ils te remercient, mais souvent pour cela ils ne savent ni que dire, ni que faire.

Ils savent seulement que tu les aimes et qu’ils t’aiment ; et nulle douceur sur terre n’est comparable, fût-ce de loin. Ce qu’ils ressentent dans leur âme, quand tu surviens, a un goût de ciel.

Ils te remercient d’avoir conduit leur vie jusque-là.
Si à l’extérieur il existait encore des ombres à leur paradis anticipé, tout s’estompe quand tu te manifestes, et s’éloigne et n’est plus.

Toi, tu es.
Voilà tout.

Chiara Lubich

 Texte

boîte aux lettres

Contact Icon

Nous vous serions très reconnaissants de nous faire parvenir souvenirs, documents inédits, photos... pour enrichir les archives de Chiara Lubich.
pour envoyer maintenant

qui est en ligne

Nous avons 139 invités et aucun membre en ligne

login staff

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.