L’exposition consacrée à Chiara Lubich dans sa ville natale en Italie s’enrichit d’un parcours virtuel multilingue qui, à travers des photos et des documents, permet aux visiteurs du monde entier de visiter l’exposition. L’ouverture sur le web le 13 mai est une date importante pour Trente et pour Chiara.

« Chiara Lubich Ville Monde », l’exposition installée aux Galeries de Piedicastello de Trente, lieu de naissance de la fondatrice des Focolari, se transforme et s’enrichit aujourd’hui d’un parcours virtuel. L’exposition, fermée en raison de la pandémie et prolongée jusqu’au début de 2021, peut également être visitée via le web.

L’exposition à Trente s’inscrit dans le cadre des événements liés au centenaire de la naissance de Chiara. Elle se poursuit ainsi par l’extension sur le web pour actualiser la devise du centenaire : « Fêter pour se rencontrer ».  Le chemin qui serpente à travers l’histoire, la vie, les photos et les couleurs, offre une opportunité de « rencontre » avec Chiara, qui s’étend maintenant au-delà de l’espace d’exposition des Galeries pour offrir un accès aux visiteurs du monde entier.

La date choisie pour cette expansion sur le web n’est pas un hasard : l’histoire de Chiara s’est considérablement mêlée à celle de sa ville le 13 mai 1944. Ce jour-là, Trente subit le deuxième grand bombardement qui marqua également un tournant pour le mouvement naissant des Focolari. Parmi les personnes contraintes à quitter la ville vers le bois de Gocciadoro, après avoir eu leur maison endommagée, se trouvait également Chiara. Je me souviens de cette nuit passée à la belle étoile, écrivait-elle des années plus tard, couchée avec les autres à même le sol, de deux mots : étoiles et larmes. Étoiles, parce que, au fil des heures, je les ai toutes vues passer au-dessus de ma tête ; larmes, parce que je pleurais, comprenant que je ne pouvais pas quitter Trente avec ma famille que j’aimais tant. Je voyais alors dans mes compagnes le mouvement naissant : je ne pouvais pas les abandonner. Et il m’a semblé que le Saint-Esprit, pour me faire comprendre sa volonté, m’a suggéré cette maxime que j’avais étudiée à l’école : « Omnia vincit amor », l’amour vainc tout l’amour [1]. Le lendemain matin, Chiara informe ses parents de sa décision de rester à Trente, et peu après, avec ses premières compagnes, elles donnent naissance au premier focolare.

La maisonnette qui a abrité le premier focolare est l’une des étapes du voyage virtuel « Chiara Lubich Ville Monde » ; il accompagne le visiteur de la naissance de la fondatrice du mouvement des Focolari en 1920 à l’expansion mondiale actuelle du mouvement. Chiara, elle-même, raconte dans le support virtuel, à travers les photos et les documents sa vie de jeune institutrice, sa consécration à Dieu le 7 décembre 1943, le développement de la première communauté des Focolari ; l’été 1949, le début d’une période de lumière pour Chiara d’où découlera la nouveauté charismatique qui donnera vie à une nouvelle Œuvre dans l’Église.

La lumière et les couleurs sont les protagonistes de la dernière partie du parcours qui, à travers des mots et des photos, nous permet de connaître des expériences d’unité, des fragments de fraternité nés du charisme de Chiara qui continue à croître et à se développer dans le présent de l’histoire afin de contribuer à la réalisation de ce qu’elle considérait comme le « testament » de Jésus : « Que tous soient un… » (Jn 17, 21). C’est pour cette page de l’Évangile que nous sommes nées, écrivait Chiara, pour apporter l’unité dans le monde, l’unité avec Dieu et l’unité entre tous nos frères et sœurs.
 Même si nous étions conscientes – explique-t-elle – de l’audace divine du programme que seul Dieu pouvait réaliser, agenouillées autour d’un autel, nous avons demandé à Jésus de réaliser son rêve en nous utilisant si c’était dans ses plans » [2].

Un rêve qui s’est construit dans cette nuit du 13 mai 1944 où, face à l’effondrement général, à la confusion, à l’angoisse de ce jour d’une tragédie inattendue, au milieu des étoiles et des larmes, elle avait choisi de croire  « Omnia vincit amor, l’amour vainc tout ».

Anna Lisa Innocenti

[1] Chiara Lubich, Nascita di una spiritualità, in Michele Zanzucchi, Enzo Maria Fondi, Un popolo nato dal Vangelo, San Paolo, 2003, pp. 9-10.

[2] Ibid., p. 17.