À partir du 13 mai, suite à la fermeture temporaire des ‘’Galeries’ de Trente, le parcours de l’exposition sera possible en mode virtuel.

La crise sanitaire bouleverse de nombreux programmes, en particulier ceux liés au Centenaire de la naissance de Chiara Lubich ainsi que les expositions, déjà mises en place ou en préparation, dans différents pays du monde.

À Trente, les Galeries di Piedicastello qui accueillent l’exposition « Chiara Lubich cité mondent » sont, comme tous les musées italiens, temporairement fermées au public. C’est pourquoi, en collaboration avec le Centre Chiara Lubich, la Fondation du Musée historique du Trentin crée une visite virtuelle avec un site Web qui lui est dédié et sera en ligne à partir du 13 mai.

Comme dans l’exposition, dans la scénographie en ligne c’est Chiara elle-même qui interviendra ; témoignages, photos et écrits accompagneront également le visiteur tout au long du parcours virtuel ; interventions enregistrées, textes et autres documents permettront de « rencontrer » et connaître Chiara Lubich et son charisme, aussi à travers la vie et le développement du Mouvement des Focolari.

Le site reprendra la ligne narrative de la scénographie des Galeries, avec ses différents secteurs, tout en respectant les niveaux narratifs qui structurent l’exposition.

Le site Web sera disponible en plusieurs langues. Au cours de ses premiers mois d’ouverture, l’exposition a déjà été visitée par de très nombreuses personnes provenant de différentes parties du monde. Désormais, c’est un public encore plus large qui pourra arpenter cette exposition numérique et rencontrer ainsi la fondatrice du Mouvement des Focolari.

L’exposition aux Galeries, inaugurée le 7 décembre 2019 et programmée jusqu’au 7 décembre 2020, sera prolongée jusqu’aux premiers mois de 2021.

En ce qui concerne les annexes internationales de l’exposition, deux qui étaient déjà opérationnelles ont dû fermer : celle de Jérusalem (Terre Sainte), inaugurée le 29 février dernier, et celle de Nairobi, dont l’inauguration a eu lieu le 14 mars, date qui coïncide avec le début des restrictions à la mobilité sociale au Kenya.

À São Paulo, au Brésil, l’inauguration de l’exposition, initialement prévue pour août 2020, est pour l’instant reportée à novembre 2020. Les autres expositions prévues pour 2020 dans d’autres structures internationales – Alger, Mexico, Mumbai et Sydney – sont à ce jour suspendues.

D’autres événements prévus pour le Centenaire connaissent également des changements ou des reports. Le Concours national pour les écoles [italiennes] « Une ville ne suffit pas. Chiara Lubich, citoyenne du monde », reste ouvert, mais en offrant aux élèves la possibilité de terminer leurs travaux au cours de la prochaine année scolaire 2020-2021.

Anna Lisa Innocenti

 

Vidéo présentation Exposition virtuelle Chiara Lubich Ville Monde

Giuseppe Ferrandi – Directeur de la Fondation Musée historique du Trentin : Bienvenue à Trente, nous sommes devant les Galeries, les Galeries de Piedicastello, un espace culturel qui a été restauré en utilisant deux tunnels routiers creusés dans les années 70. C’est aujourd’hui un espace culturel, un espace géré par la Fondation Musée historique du Trentin qui a accueilli l’exposition « Chiara Lubich Ville Monde ».

L’exposition et les galeries elles-mêmes sont fermées au public pour le moment, comme les autres musées et espaces d’exposition, mais ne vous inquiétez pas, nous avons décidé de prolonger l’ouverture de cette exposition, ce qui vous permettra de la visiter lorsque les temps reviendront au calme et à la normale. Nous travaillons notamment à une version virtuelle de l’exposition qui permettra d’en apprécier les caractéristiques, de découvrir son contenu et de pouvoir parcourir virtuellement ces Galeries.

Voix off : Des visages et des regards, dans lesquels on peut se reconnaître, ouvrent le parcours et témoignent de qui a été, pour beaucoup, Chiara Lubich.

Ici, comme tout au long du parcours de l’exposition, c’est elle qui nous accompagne

Chiara Lubich : Lorsque Dieu prend en main une créature pour faire naître dans l’Église une de ses œuvres, la personne ne sait pas ce qu’elle devra faire, elle est un instrument et cela, je pense, peut être mon cas.

Voix off : Les ruines et la destruction causées par les bombardements sur Trente sont la toile de fond du début d’une nouvelle histoire. Tout s’écroule, maisons, rêves, idéaux, mais il y a un idéal qui ne passe pas : Dieu, Dieu qui est amour.

Les abris antiaériens deviennent des lieux de rencontre privilégiés. Les pauvres, les orphelins, les veuves, les plus démunis deviennent les plus proches de ce groupe de jeunes filles qui veulent mettre en pratique les paroles de l’Évangile.

Elles sont certaines qu’en vivant l’amour proposé par Jésus, entre elles et dans la ville, elles peuvent aussi résoudre les problèmes sociaux de Trente.

Les années passent, la communauté s’agrandit. Et elle franchit les frontières du Trentin.

La vie devient pensée, la pensée est lumière.

Et comme la lumière qui, lorsqu’elle passe à travers un prisme, se réfracte dans les sept couleurs de l’arc-en-ciel, la pensée s’incarne et ouvre de nouvelles perspectives. La lumière de ce nouveau charisme, qui fait irruption dans la vie, éclaire et met en route de nouveaux processus par rapport aux exigences que la chronique et l’histoire avaient présenté. La sphère économique, celle des relations, les domaines religieux et civil, l’art, la nature, la culture et la communication, deviennent des mondes à habiter et à parcourir.

Ce sont presque des fragments d’un unique dessin qui continue à se composer sous toutes les latitudes, engendrant la fraternité.

C’est une lumière qui a surgi des ténèbres, à une période dramatique. Un charisme qui, dans les nuits de chaque époque, dans les incertitudes de toute situation, continue à inviter chacun à vivre les paroles pour lesquelles Chiara a senti qu’elle était née : « Que tous soient un » (Jn 17, 21).